Les compétences de vol sur simulateur de vol se traduisent en capacités réelles.

cockpit intéreur

Les simulateurs de vol ne sont que des jeux sur ordinateurs ? Les gens qui ne volent pas vraiment y jouent tranquillement chez eux sur leur setup gamer ? Ils n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire pour vraiment voler ? Bien que cela puisse être vrai pour certaines personnes qui utilisent des simulateurs de vol, nous sommes nombreux à les prendre très au sérieux. En fait, je dirais que ceux qui utilisent un simulateur de vol peuvent avoir un avantage dans le monde réel par rapport à ceux qui n’utilisent pas de simulateur de vol. Pourvu, bien sûr, qu’ils utilisent le simulateur avec une approche plus sérieuse et ne veulent pas seulement sauter dans un avion de chasse pour déchirer le ciel et effectuer des atterrissages en catastrophe (bien que cela puisse être très amusant de temps en temps).

J’utilise un simulateur de vol depuis de nombreuses années et j’ai accumulé environ 5 000 heures de vol virtuelles depuis. J’ai tout fait, depuis les vols IFR jusqu’à Paris en provenance de New-York ou Los Angeles jusqu’aux tentatives d’atterrissage sur le flanc d’une montagne escarpée. J’ai eu beaucoup d’accidents et de « situations d’urgence » qui m’ont amené à me demander : « Qu’est-ce qui ne va pas, et comment faire ? C’est la beauté des simulateurs de vol : vous pouvez faire de grosses erreurs de vol et apprendre d’elles tout en restant confortablement assis à la maison. Après un certain temps, vous commencez à apprendre à résoudre ou à prévenir ces situations d’urgence et le plus important est que vous êtes en train d’apprendre les conditions du vol réel. Il ne se limite pas aux urgences : on peut apprendre les procédures, les effets de la météo, la navigation et la communication que l’on trouve dans le monde réel. Ces simulateurs ont même pris grand soin d’utiliser les mêmes fréquences, l’emplacement et l’altitude des aéroports et des aides à la navigation afin que vous puissiez utiliser des informations du monde réel pour exécuter votre vol.

Comment la  » simulation  » m’a aidé dans mon entraînement au vol.

Après avoir presque terminé ma licence de pilote privé, il est devenu évident que le temps que j’ai passé sur simulateur a porté ses fruits. L’avantage le plus crucial est probablement la compréhension des quatre principes fondamentaux et de l’aérodynamique qui ont été mis à l’épreuve sur mon simulateur mais qui a permis d’améliorer la maniabilité de l’avion réel que j’ai piloté. Je n’ai jamais fait d’erreurs simples dont mes instructeurs de vol m’ont dit que les gens font tout le temps. Des choses comme utiliser le manche comme s’il s’agissait du volant d’une voiture, tenir le manche d’un côté tout au long du virage et ne pas relâcher la pression des ailerons ou ne pas contrôler la descente et utiliser le tangage seul. Mes atterrissages ont toujours été assez bons dans le monde réel également. J’ai même eu la chance de faire ma première approche ILS en IMC avec 10 heures de vol. Instructeur à mes côtés, bien sûr. Mais savoir le faire quand on me le demande avec si peu d’heures de vol sur mon carnet de vol c’est quelque chose que j’attribue entièrement à mon expérience en simulateur de vol.

Lorsque j’ai commencé ma formation en vol, j’ai partagé mon expérience de la simulation de vol avec mon instructeur de l’époque et il a décidé de me mettre à l’épreuve lors de notre premier vol. Il m’a fait exécuter des trucs assez avancés même en ayant moins d’une heure de vol dans un vrai avion. Il m’a fait laisser démarrer l’avion tout seul, s’est occupé de la radio à cause de ma timidité et j’ai roulé jusqu’à la piste. Je m’étais familiarisé avec l’aéroport sur mon simulateur et je savais par la suite où se trouvaient les voies de circulation et les pistes lorsqu’il est venu le temps de voler pour de vrai. J’ai décollé et nous nous sommes dirigés vers la zone d’entraînement où nous avons effectué des décrochages, des montées, des descentes, des virages serrés, des vols lents, des procédures simulées de panne moteur et finalement l’interception et le suivi d’une radiale VOR. Nous sommes ensuite retournés à l’aéroport où nous sommes entrés dans le circuit d’approche et j’ai fait trois atterrissages. Chaque fois que nous faisions quoi que ce soit, il me donnait un bref aperçu de ce qu’il fallait faire et me laissait faire. J’ai fait tout cela avec peu d’erreurs et tous mes atterrissages ont été 100% sans assistance et pas trop mal exécutés. A partir de ce jour-là, il m’a appelé « Le super élève pilote », ce dont je suis très fier. Je me souviens d’être rentré chez moi en me disant que si je n’avais pas utilisé mon simulateur sur ordinateur, ce vol aurait probablement été très différent.

Dans l’attente de ma qualification de vol aux instruments, mon expérience en simulateur de vol m’aidera vraiment. Apprendre à naviguer sur de longs vols en simulateur est un peu difficile au départ. Bien que les vols simulés sur ordinateur soient assez précis, les seuls points de repère quelque peu fiables sont les autoroutes et parfois ils ne sont pas tout à fait précis. Ce problème m’a amené à apprendre ce qu’était un VOR et comment l’utiliser parce qu’ils sont modélisés avec précision et fiables. Il est rapidement devenu évident que j’avais besoin d’apprendre à utiliser les cartes d’approche et de départ. Avec un peu de patience, Google et les essais et des erreurs, j’ai appris à naviguer à l’aide de ces systèmes et je peux maintenant facilement traverser le pays et réaliser des approches ILS toute la journée sans problème. Toutes ces connaissances sont transférables dans le monde réel, ce qui réduit le nombre de leçons de vol et au sol, ce qui permet d’économiser de l’argent et de mieux comprendre l’art de voler.

Il y a beaucoup d’avantages à utiliser un simulateur de vol dans le monde réel. En plus des grands avantages d’apprendre les bases du vol et de la navigation, il vous permettra aussi de faire des erreurs auxquelles il aurait été impossible de survivre dans le monde réel. Après avoir fait erreur après erreur, j’ai appris comment les éviter et les empêcher de se produire. C’est aussi un excellent moyen de répéter une leçon ou de faire une approche que vous avez planifiée pour un vol réel. Tout cela permet de mieux comprendre les concepts nécessaires pour voler en toute sécurité.

Quel simulateur de vol choisir ?

Il y a quelques simulateurs de vol parmi lesquels choisir, tous avec leurs propres avantages et inconvénients. Je vous expliquerai brièvement les différences entre les dernières versions de chacune d’entre elles et vous pourrez prendre la décision par vous-même. Je vais également passer en revue quelques ressources et fonctions supplémentaires que vous pouvez utiliser pour augmenter le réalisme et l’apprentissage. Certaines ressources sont gratuites et d’autres nécessitent un paiement, mais il existe de nombreuses options pour toutes les plates-formes.

Plateformes de simulateurs de vol :

X-Plane 11

Prix de base : environ 50 €

Développeur : Laminar Research

Pour :

  • Basé sur un modèle aérodynamique appelé théorie de l’élément de lame. Cela rend les caractéristiques de vol beaucoup plus réalistes. Lorsque vous décrochez, l’aile tombera et une vrille se développera si elle n’est pas corrigée.
  • Les caractéristiques de vol de la plupart des avions X-plane 11 sont très proches de leurs homologues réels.
  • Idéal pour ceux qui préfèrent le réalisme dans les caractéristiques de vol plutôt que l’attrait visuel.
  • L’éclairage nocturne est très bon et il est facile de suivre les autoroutes et les taxis de et vers la piste la nuit.
  • Générateur de météo intégré qui est extrait des informations METAR actuelles en fonction de votre position dans le simulateur et reproduit fidèlement ses effets.
  • Contrairement aux autres options, c’est le seul simulateur compatible avec les systèmes d’exploitation Windows, Apple et Linux.
  • Il a également une grande communauté en ligne qui propose beaucoup de paysages, d’avions et d’utilitaires. Des tonnes d’addons gratuits sont disponibles.

Contre :

  • Bien que les graphismes et l’attrait visuel ne soient pas toujours les meilleurs, ils sont très réalistes avec un environnement très plausible. Pour ceux qui s’intéressent à un aperçu des graphismes, cette vidéo fournie par X-Plane démontre l’apparence des graphismes sur une installation standard, prête à l’emploi :

  • L’environnement n’est pas terriblement immersif une fois que vous sortez de l’avion. A moins que vous n’ayez des addons de paysage, les aéroports sont pour la plupart dépourvus de bâtiments et de véhicules de l’aéroport.
  • Temps de chargement initial.

Microsoft Flight Simulator X :

Prix de base : environ 20 €

Développeur : Microsoft Game Studios

Pour :

  • Microsoft Flight Simulator est l’un des programmes de simulation de vol les plus anciens et les plus connus sur le marché.
  • Il est très attrayant en ce qui concerne la façon dont les add-on peut rendre l’environnement et les graphismes attractifs.
  • Il existe de nombreux add-ons qui créent un environnement plus immersif en ajoutant des personnages en mouvement au sol, en chargeant des véhicules et des scénarios avec les décors qui les accompagnent.
  • Ce simulateur a plus d’add-ons que les deux autres et est plus immersif. Mais ils ne sont pas tous gratuits.
  • Capacité de faire des scénarios préchargés comme des vols charter sur de petits parcours.
  • A une grande communauté en ligne qui propose beaucoup de paysages, d’avions et d’utilitaires.

Contre :

  • L’aérodynamique de vol ou modèle de vol est mou et pas très réaliste bien que certains avions payants font un bon travail pour rendre les caractéristiques de vol plus précises.
  • Les graphismess sont très brillants presque caricaturaux.
  • Disponible uniquement pour les systèmes d’exploitation Windows.
  • La plupart des add-ons sont chers et peuvent s’additionner rapidement.
  • Microsoft a arrêté directement le support et le développement de ce produit en janvier 2009, après la fermeture d’ACES Game Studio, le département responsable de la création et de la maintenance du programme. Celui-ci est désormais édité par la société Dovetail Games – Flight sur la plateforme Steam

Prepar3D :

Prix de la licence de base : environ 50 €

Développeur : Lockheed Martin

Pour :

  • Scène détaillée et réaliste.
  • Compatible avec de nombreux add-ons Microsoft Flight Simulator X.
  • Permet aux utilisateurs de créer des scénarios éducatifs dans l’air, la mer et au sol.
  • Beaucoup d’add-on de qualité.

Contre :

  • Physique similaire à celle de Microsoft Flight Simulator X.
  • Disponible uniquement pour les systèmes d’exploitation Windows.
  • Peut devenir coûteux si vous optez pour des licences professionnelles.

Addons et ressources recommandés :

Real Environment Xtreme (REX)

Rend la météo beaucoup plus réaliste avec des nuages modélisés en 3D qui reproduisent fidèlement les conditions météorologiques réelles. Les couleurs au lever et au coucher du soleil sont incroyables.

VATSIM

VATSIM est gratuit et PilotEdge est un abonnement payant. Les deux sont des réseaux de contrôle du trafic aérien en direct qui vous permettent d’utiliser les communications du monde réel avec le contrôle du trafic aérien avec des personnes réelles, parfois même de vrais contrôleurs à la retraite . Les gens qui font l’ATC pour les simulateurs le prennent au sérieux, alors ne vous attendez pas à rouler dans le mauvais sens ou à bourdonner la tour et à ne pas vous faire gronder ou même démarrer à partir du réseau. L’utiliser m’a vraiment aidé à surmonter ma peur du micro et à comprendre ce qu’il faut dire, qui contacter et les procédures de communication dans la vie réelle. Apporte aussi d’autres avions pilotés par d’autres utilisateurs.

Virtual Airlines

C’est pour ceux qui veulent plonger dans les cartes, voler en IFR et apprendre à voler comme les grands garçons. Il y a beaucoup de choix, de nombreuses répliques d’itinéraires du monde réel et d’avions utilisés. Ils ont habituellement des normes et exigent un minimum d’heures de vol par mois.

SkyVector

Un outil très utile pour planifier les vols et estimer les temps de vol.

Conclusion :

L’utilisation d’un simulateur de vol est idéale pour les pilotes expérimentés et les futurs pilotes. Ils peuvent être utilisés à l’aide d’un simple joystick et d’un ordinateur ou sur plusieurs ordinateurs. Personnellement, j’ai toujours utilisé les pédales de direction et le joystick le moins cher que j’ai pu trouver. D’après les expériences que j’ai eues, je crois fermement que si vous vous y consacrez avec un certain sérieux, vous pouvez en effet apprendre et maîtriser des compétences de pilotage pour le vol réel ce qui vous donneront une longueur d’avance sur votre instruction au vol ou vous aideront à économiser des heures de vol en instruction réelle. C’est formidable d’être en mesure de rentrer à la maison et de s’entraîner pour le prochain vol. N’importe lequel de ces simulateurs coûte moins d’une heure dans un Cessna 150 et à défaut d’autre chose, il vous procurera beaucoup de plaisir !

libero efficitur. dapibus adipiscing id, et, venenatis, justo velit, Aliquam odio